Lutte contre la pauvreté : visite de l’atelier de l’Association limousine de sauvegarde de l’enfant à l’adulte (ALSEA)

 
 
Visite de l’atelier de l’Association limousine de sauvegarde de l’enfant à l’adulte (ALSEA)

Fabienne Balussou, préfète de la Haute-Vienne, a visité ce vendredi 4 février l’Atelier, en présence de Jean-Claude Leblois, président du conseil départemental, de Samia Riffaud, élue en charge de la politique de la ville de Limoges Métropole et adjointe au maire de Limoges et François Vincent, conseiller régional.

ALSEA est une association créée en 1938 qui a pour objet la sauvegarde de l'enfant, de l'adolescent et des adultes inadaptés sous quelque forme que ce soit, basée à Limoges. Ses missions s’articulent autour de l’éducation, de la prévention et de la promotion des publics confiés et de leur famille.

Elle est soutenue par le conseil départemental dans le cadre d’un contrat pluriannuel d’objectifs et de moyens, par l’État et la communauté urbaine Limoges Métropole au titre de la politique de la ville depuis de nombreuses années et par la région Nouvelle-Aquitaine pour un ensemble d’actions essentiellement au bénéfice de publics jeunes des quartiers prioritaires de la politique de la ville de Limoges et d’un espace de vie sociale (labellisation CAF) INTERVAL.

L’Atelier s’adresse à de jeunes mineurs issus des quartiers prioritaires de la politique de la ville en décrochage ou en risque de décrochage scolaire. Il a pour objet de développer une relation de confiance et de travailler sur les savoir être et les savoir faire de ces jeunes en vue de faciliter leur insertion. Le projet s’appuie sur différents supports d‘activité (ateliers réparation de vélos, réparation/création de mobiliers, ateliers électroniques ou arts plastiques).

► L’Association limousine de sauvegarde de l’enfant à l’adulte (ALSEA) a été lauréate de l’appel à projets régional « stratégie pauvreté » fin 2021 pour son projet L’Atelier.


Cinq projets haut-viennois innovants soutenus pour accompagner les plus fragiles

La prévention et la lutte contre la pauvreté sont des objectifs majeurs de l’action de l’État. Depuis 2019, l’État s’investit auprès d’associations et de collectivités qui ont vocation à soutenir les personnes en grande difficulté et fragilisées, particulièrement depuis la crise sanitaire, et qui mettent en place des actions de prévention et d’accompagnement. L’État a notamment conventionné avec le conseil départemental de la Haute-Vienne dans le cadre de la convention d’appui à la lutte contre la pauvreté et d’accès à l’emploi qui a mobilisé 750 923 € de l’État en 2021. Chef de file de l’action sociale, le département est le principal acteur de cette lutte contre la pauvreté avec un budget consacré aux interventions sociales et médico-sociales de plus de 250 M€ par an.

À l’automne 2021, un nouvel appel à projet a été lancé par l’État en Nouvelle-Aquitaine. 50 projets innovants répondant aux spécificités régionales ont été retenus et se verront attribuer une enveloppe globale de 1,965 M€ ; un maintien de subventions a aussi été accordé à des initiatives déjà en cours.

Le cahier des charges mis en place par un comité régional a défini comme prioritaires :

les actions en faveur des personnes et des familles en grande précarité notamment pour l’accès aux droits et pour lever les freins à l’insertion ;

  • la mobilité solidaire ;
  • l’inclusion numérique ;
  • l’insertion des jeunes, leur accès au logement à la santé, leur émancipation… ;
  • la parentalité et les familles monoparentales ;
  • la valorisation de la participation des publics vulnérables.

Pour plus d'informations : communiqué de presse - Cinq lauréats de l’appel à projets régional « stratégie pauvreté » en Haute-Vienne