Plan hiver 2021-2022 : des actions renforcées pour les personnes en situation de grande précarité

 
 
Plan hiver 2021-2022 : des actions renforcées pour les personnes en situation de grande précarité

Plan hiver 2021-2022 : des actions renforcées pour les personnes en situation de grande précarité

La trêve hivernale des expulsions locatives a commencé le 1er novembre et s’achèvera le 31 mars.

L’effort de l’État continue de porter sur l’accès rapide au logement pour les ménages sans domicile Pour les personnes sans abri qui ne peuvent prétendre à un logement, cette période hivernale fait l’objet d’une vigilance accrue et de réponses réactives aux besoins de mise à l’abri, en termes d’hébergement, de veille sociale, et de réponses aux besoins vitaux.

Un effort constant en faveur de l’accès rapide au logement des ménages sans domicile

Parmi les personnes sans domicile, qu’elles soient à la rue ou dans un hébergement temporaire, celles dont la situation administrative leur permet d’accéder au logement sont accompagnées par les partenaires du plan quinquennal « le logement d’abord », visant à favoriser et accélérer l’accès au logement. Les outils à leur disposition sont diversifiés : allocation de logement temporaire, intermédiation locative, résidences sociales pensions de famille et résidences accueil. Ces dispositifs proposent au total près de 700 places en Haute-Vienne. Plusieurs actions innovantes permettent d’orienter et d’accompagner vers le logement les ménages les plus vulnérables, jeunes, réfugiés, personnes isolées marginalisées.

En outre, la mobilisation de logements sociaux au titre du contingent préfectoral permet de reloger en priorité les personnes sortant d’hébergement et les ménages reconnus comme devant être relogés en priorité et en urgence par la commission de médiation du droit au logement opposable, qui se réunit toutes les 6 semaines. En 2021, ce seront près de 120 ménages sortants d’hébergement qui bénéficieront d’un logement social au titre du contingent préfectoral, et une vingtaine de ménages reconnus prioritaires au titre du droit au logement opposable.

Le développement continu du parc pérenne d’hébergement

En Haute-Vienne, le parc total d’hébergements et de logements adaptés (urgence, insertion, asile et logement adapté) s’élève à ce jour à 1648 places stables contre 1552 places en 2020. Sa capacité a augmenté de plus de 50 % en 5 ans.

Des réponses à l’urgence sociale renforcées et une veille sociale active

Les réponses à l’urgence sociale, outre les aspects de mise à l’abri, reposent sur de nombreux dispositifs et partenaires :

  • le 115, porté par l’ARSL qui répond 24 h / 24 h aux appels téléphoniques des personnes sans abri en demande d’hébergement ou d’aides matérielles ;
  • le service intégré d’accueil et d’orientation (SIAOservice intégré d'accueil et d'orientation), également porté par l’ARSL, qui enregistre et oriente les demandes d’hébergement et de logement adapté, et le service d’accueil et d’orientation (SAO) du centre de jour (ARSL), qui assure des permanences de 1er accueil social ;
  • l’équipe de médiation de rue portée par la ville de Limoges et l’ARSL, qui assure en journée le lien avec les personnes de la rue, en coordination avec l’équipe mobile psychiatrie-précarité du centre hospitalier Esquirol ;
  • les associations caritatives et humanitaires, qui se relaient pour réaliser des maraudes tous les soirs du lundi au samedi, et le dimanche après midi (Croix Rouge, Secours Catholique, Secours Populaire, Les Autres, Ordre de Malte, Escales solidaires), et accueillent en journée les personnes dans les différents accueils de jour et leur apportent différents services dans ce cadre (Restos du Cœur, Secours Populaire, Croix Rouge, Secours Catholique) ;
  • un travailleur social « de rue », dont le poste a été créé en juin 2021 au sein de l’association Hestia, qui aide au repérage et à l’orientation des ménages rencontrés par les maraudes.

En 2021, le SAO, le 115, le travail social de rue, et les accueils de jour ont été renforcés grâce à l’attribution de moyens supplémentaires par l’État.

La veille sociale et la coordination des acteurs sont animées par les services de la DDETSPP, appuyée par l’ARSL, association responsable de la veille sociale au titre de ses missions 115 / service intégré d’accueil et d’orientation.

Les services de l’État (DDETSPP) anticipent les épisodes de grand froid en surveillant les prévisions météorologiques, de façon à agir rapidement pour renforcer les dispositifs (notamment maraudes et les accueils de jour) en cas d’épisode climatique sévère.

Ces services mettent en outre à jour et diffusent aux associations le planning des activités de maraudes, accueil de jour et aide alimentaire. Ces plannings sont mis en ligne sur le site internet des services de l’État en Haute-Vienne afin d’être consultables par le grand public.

Les acteurs des maraudes se réunissent fréquemment pour améliorer leur interconnaissance, la connaissance des aides et actions vers lesquelles ils peuvent orienter les personnes, et porter des projets pour améliorer l’existant.

Ainsi, comme chaque année, la mobilisation de tous est indispensable pour porter une attention aux personnes les plus démunies.

Visite de l'hébergement « intercalaire » ouvert à titre expérimental cet hiver dans le quartier de Beaubreuil par Mme la Préfète

La capacité d’accueil de l’hébergement d’urgence généraliste en Haute-Vienne, actuellement de 197 places pérennes, a plus que doublé depuis 2016 et augmentée de 22 places par rapport à l’an dernier.

Ces capacités sont aujourd’hui complétées par 40 places supplémentaires, sous forme d’appartements autonomes, dans le cadre d’une convention d’occupation temporaire avec le bailleur social Noalis, d’un bâtiment voué à la destruction dans le cadre du Nouveau programme national de renouvellement urbain (NPNRU). Les logements sont mobilisés pour la période hivernale dans le cadre d’une convention d’occupation temporaire avant destruction du bâtiment prévue mi-2022, et en coopération avec la ville de Limoges. Le caractère temporaire de mise à disposition de locaux, destinés à destruction ou transformation, définit la nature « intercalaire » de ce projet.

Ces places sont en priorité destinées à l’accueil de familles avec très jeunes enfants, femmes enceintes et personnes atteintes de maladie ou de handicap, sur orientation du 115 (association ARSL).

Cette expérimentation est conduite avec les associations AUDACIA et HESTIA, gestionnaires du site et chargées de l’accompagnement social des personnes mises à l’abri. Un partenariat est également mis en place entre la Banque alimentaire et le Secours catholique pour l’aide alimentaire aux familles.

Elle sera évaluée à la sortie de l’hiver, en vue de pouvoir être reproduite, en mobilisant tous les acteurs du territoire. Elle a vocation à améliorer la réponse aux besoins d’accompagnement des familles les plus vulnérables, confrontées aux questions d’accès au droit, à la santé et à la scolarisation.


► Retrouvez toute l'actualité des services de l'État en Haute-Vienne sur Facebook , Twitter et Instagram !