SÉCHERESSE

 
 

État de vigilance

L’intégralité des arrêtés est consultable à partir des icônes ci-dessous.

Arrêté portant prescriptions des mesures de restriction des usages de l'eau sur l'ensemble du territoire du département de la Haute-Vienne - état de vigilance - du 28 novembre  2022 :

> ap_vigilance_20221128 - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,16 Mb

-----------------------------

Arrêté définissant le cadre de mise en œuvre des mesures temporaires de limitation ou de suspension des usages de l'eau en période de sécheresse dans le département de la Haute-Vienne :

> 2020.06.05_Arrete_cadre_Secheresse_SIGNE - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 5,60 Mb


Pour en savoir plus :

  1. Mesures sécheresse par département : http://propluvia.developpement-durable.gouv.fr/propluvia/faces/index.jsp
  2. Comment maîtriser sa consommation d’eau et sa facture: http://www.eptb-vienne.fr/IMG/pdf/FICHES-EcoDEauParticuliers-VF_web.pdf
  3. Guide des économies d’eau dans les bâtiments et les espaces publics : http://www.eptb-vienne.fr/Economie-d-eau.html#collectivites

----------------------

Retour d'expérience sur la sécheresse 2022 organisé avec les collectivités le 20 octobre 2022

Madame la préfète a convié le 20 octobre 2022 une part importante des élus locaux à un échange en visioconférence pour effectuer un retour d’expérience sur la sécheresse 2022 et évoquer les problématiques de ressources en eau. En effet, les sécheresses seront de plus en plus fréquentes compte-tenu du changement climatique.

La direction départementale des territoires (DDT) a présenté les indicateurs utilisés lors des comités sécheresse pour évaluer le niveau des ressources et orienter les décisions. L’étiage sévère de 2022 a été illustré par la présentation de données météorologiques, l’évolution des débits des cours d’eau, et les différentes mesures de restriction d’usage de l’eau appliquées par arrêté préfectoral.

Les échanges ont permis de souligner que les mesures de restriction sont efficaces et globalement bien respectées en période de « crise » mais ont aussi mis en lumière l’importance de sensibiliser en continu la population et les acteurs économiques aux économies d’eau compte-tenu des tensions accentuées sur la ressource.

Cet été, l’alimentation en eau potable a fait l’objet d’un suivi attentif et régulier des services de l’État et des producteurs d’eau potable. Ainsi, l’agence régionale de santé (ARSAgence Régionale de Santé) a fait le point sur les difficultés ponctuelles d’approvisionnement en eau potable et appelé à une plus grande anticipation (ex : conditions permettant un renfort par citernage, interconnexions, réduction des fuites …). Le lien a été fait avec l’étude menée actuellement par le conseil départemental en vue d’élaborer un nouveau schéma de gestion de l’eau potable en Haute-Vienne.

Ce point a été suivi d’une présentation des accompagnements financiers proposés par les Agences de l’eau Loire Bretagne et Adour Garonne à destination des collectivités en vue d’une meilleure gestion de la ressource en eau. Des études et des travaux peuvent en effet être financés par les Agences de l’eau sur différents axes. Il peut s’agir de mesures d’économie d’eau, de l’utilisation de nouvelles ressources (eaux épurées, récupération d’eau de pluie, …), mais aussi la consolidation des systèmes de production et d’acheminement de l’eau potable.

Pour terminer, l’Établissement Public Territorial du Bassin de la Vienne (EPTB Vienne) a présenté les effets du réchauffement climatique sur le bassin de la Vienne et l’accompagnement proposé aux collectivités pour réduire les consommations d’eau dans les bâtiments et espaces publics (diagnostics et plans d’action).

La réunion du 20 octobre a été l’occasion de partager les constats (répétition et intensification des épisodes d’étiage) et les pistes de progrès pour mieux gérer la ressource en eau. À court et moyen terme, les collectivités locales devront adapter leurs pratiques et leurs moyens pour maintenir une production en eau potable répondant aux usages prioritaires, elles pourront compter sur l’appui des services de l’État et des établissements publics dans ce cadre.