Journée internationale pour l’élimination des violences faites aux femmes - Visite de l'accueil de jour de l’ARSL

 
 

La journée du 25 novembre permet chaque année à l’ensemble des acteurs et actrices de réaffirmer que la lutte contre les violences faites aux femmes constitue une priorité.

À cette occasion, Fabienne BALUSSOU, préfète de la Haute-Vienne et Baptiste PORCHER, procureur de la République se sont rendus dans les locaux de l'Association de réinsertion sociale du Limousin (ARSL) pour visiter l’accueil de jour de femmes victimes de violences conjugales. Au cours de cette visite, ils ont recueilli le témoignage d’une femme victime de violences. Accueillie en juillet 2020, cette mère de 3 enfants a été prise en charge et aujourd’hui a repris une vie normale.

Ce dispositif soutenu par l’État permet d’accompagner les femmes victimes de violences conjugales dans un processus de séparation et de faciliter un accès à l’autonomie. Cette structure de proximité ouverte sans rendez-vous durant la journée est un lieu convivial, gratuit, anonyme. Il est aussi un lieu de prévention, de soutien, d’écoute, d’aide et d’accompagnement respectueux des choix de la personne accueillie.

114

personnes ont été reçues et accompagnées à l’accueil de jour au 30 septembre 2021 dont 22 enfants, soit 9,5 % de plus qu’en 2020 pour la même période de référence, 104 personnes dont 26 enfants.

Signature de la convention d’hébergement et de prise en charge des auteurs de violences conjugales

À l’issue de cette visite, Fabienne BALUSSOU et Baptiste PORCHER ont signé, avec l’ARSL, la convention d’hébergement et de prise en charge d’auteurs de violences conjugales prévenus et/ou condamnés.

L’orientation vers le dispositif d’éviction de l’auteur des faits intervient sur prescription d’un magistrat du siège ou du parquet à tous les stades de la procédure. La convention a pour objectif de définir les modalités de mise en œuvre de ce dispositif. L’éviction du domicile conjugal de la personne violente constitue une disposition essentielle à la protection de la personne victime. En permettant à la victime et aux autres membres de la famille de se maintenir dans leur cadre de vie, elle contribue à leur sécurité et leur stabilité.

La situation en Haute-Vienne : des violences qui demeurent importantes et un engagement sans relâche de la part de l’État

Le groupement de gendarmerie départemental est intervenu à 573 reprises pour des faits de violences intra-familiales à fin septembre 2021, soit une augmentation de 32 % par rapport à l’année 2020. 80 % des faits concernent des femmes. L’augmentation des faits enregistrés par les forces de sécurité intérieure démontre que l’action des pouvoirs publics agit et permet progressivement la libération de la parole.

En Haute-Vienne, l’État déploie l’ensemble des mesures prises lors du Grenelle de lutte contre les violences conjugales pour combattre ce fléau. Les actions engagées par chaque service de l’État, par les collectivités et les associations s’inscrivent dans un cadre d’ensemble pour créer un chaînage opérationnel dans le traitement des situations.

L’enveloppe consacrée par l’État à cette action en 2021 pour accompagner les différents dispositifs et les initiatives, s’élève à 303 464 € :

  • 100 364  au titre du programme de l’égalité femmes/hommes, (14 500 € de plus qu’en 2020) et 156 000  pour accompagner la mise en œuvre du Centre de prise en charge pour les auteurs de violences conjugales dans 6 départements du Nord-Nouvelle Aquitaine (CPCA) ;
  • 41 000 € de subvention au titre du fonds interministériel de prévention de la délinquance, pour la création de 2 postes d’intervenants sociaux police et gendarmerie et 6 100 de subvention attribuée au centre communal de l’action sociale de la ville de Limoges pour soutenir les actions de prévention des violences faites aux femmes.

 

La lutte contre les violences sexuelles et sexistes est l’affaire de chacun d’entre nous.

► Victimes, vous n’êtes pas seules, témoins vous pouvez agir :

  • contacter les forces de l’ordre (17 ou 114 par texto)
  • signaler les violences et/ou dialoguer par tchat avec les forces de l’ordre sur arretonslesviolences.gouv.fr
  • échanger de manière gratuite et anonyme avec des écoutantes professionnelles au 39 19

► Auteurs, vous pouvez être aidé en contactant :

  • la ligne « Ne frappez pas » (anonyme et gratuite) 08 019 019 11
  • le centre de prise en charge des auteurs de violences

Les lieux ressources en Haute-Vienne

La brochure "violences intrafamiliales sexistes et sexuelles" pour la Haute-Vienne

Dans le cadre de cette journée du 25 novembre, de nombreuses manifestations ont lieu ce mois-ci dans le département

Retrouvez le programme complet dans cette newsletter

 


► Retrouvez toute l'actualité des services de l'État en Haute-Vienne sur Facebook , Twitter et Instagram !