Opération interministérielle vacances (OIV) : contrôle d’un site de baignade surveillé au lac de Saint-Pardoux – site de Santrop

 
 

Comme chaque année pendant la période estivale, des opérations de contrôles destinées à assurer la protection des populations sont conduites sur le département et notamment sur les lieux de baignade.

Cette année, en raison de la crise sanitaire, les piscines ont été fermées au public pendant plusieurs mois : moins de jeunes ont donc appris à nager, ce qui augmente d’autant les risques pour la période estivale qui s’ouvre.

En Haute-Vienne, le travail de la "Commission baignades", initiée il y a plus de 10 ans par les services jeunesse et sport du département et la préfecture, vise à sécuriser les sites de baignades, dans une démarche interministérielle d'amélioration continue de la qualité, tous aspects confondus, en accompagnant au plus près les exploitants.

Dans ce cadre, le Service départemental à la Jeunesse, à l’Engagement et aux Sports (SDJES) de la DSDEN a réalisé le contrôle d’un site de baignade surveillé au lac de Saint-Pardoux, en collaboration avec l’Agence régionale de santé (ARSAgence Régionale de Santé), le Service départemental d’incendie et de secours (SDISService départemental d'incendie et de secours 87) et la Gendarmerie nationale, le lundi 5 juillet 2021.

Les services ont procédé aux contrôles notamment :

  • de la surveillance des lieux ;
  • de la qualité des eaux de baignade ;
  • des équipements sportifs (parc aqua-ludique).

Cette opération a été également l’occasion de rappeler les conseils pour prévenir les risques de noyade et d’accidents, mais aussi des vols et les incivilités sur les lieux de baignade.

Téléchargez le dossier de presse : Opération interministérielle vacances (OIV) : contrôle d’un site de baignade surveillé au lac de Saint-Pardoux – site de Santrop


La prévention des noyades : une priorité de santé publique

En France, la noyade est la première cause de mortalité par accident de la vie courante pour les moins de 25 ans et la mer est le lieu de 41 % des noyades accidentelles.

On observe en 2018 (derniers résultats publiés par Santé publique France), à l’issue de la dernière enquête menée, une augmentation importante du nombre de noyades accidentelles et une stabilisation du nombre de noyades accidentelles suivie de décès. L’augmentation des noyades accidentelles s’observe essentiellement chez les moins de 13 ans et est plus particulièrement marquée chez les moins de 6 ans, notamment dans les piscines privées familiales.

Cette année, en raison de la crise sanitaire, les piscines ont été fermées au public pendant plusieurs mois : moins de jeunes ont donc appris à nager, ce qui augmente d’autant les risques pour la période estivale qui s’ouvre.

Il est donc important d’apprendre à nager aux enfants le plus tôt possible ou tout du moins de les habituer au milieu aquatique.

Dans le cadre de la prévention des noyades et du développement de l’aisance aquatique, une campagne met en avant la nécessité d’une surveillance permanente des enfants et incite à leur mise en aisance aquatique dès le plus jeune âge. Elle est déclinée sous diverses formes : affiches, vignettes, vidéos, messages radio, etc.

En Haute-Vienne, l’objectif est de mettre en œuvre ces actions de prévention de façon adaptée et de diminuer les accidents. Depuis quelques années, cette enquête démontre que ce sont les actions de prévention et l’application de certaines règles de sécurité qui sont les plus efficaces :

  • L’acquisition de l’aisance aquatique : en responsabilisant notamment les parents à l’acquisition des bases du savoir flotter pour leur(s) enfant(s) et ce, dès le plus jeune âge, tout en les sensibilisant aux plaisirs de l’eau.
  • Connaître et adopter les gestes pour se baigner en toute sécurité : choisir des zones de baignades surveillées, nager avec une bouée de nage en eau libre, nager le long du rivage, tenir compte de sa forme physique, prévenir un proche avant de se baigner ou mieux se baigner au moins à deux, éviter les comportements à risque (rentrer progressivement dans l’eau, ne pas se baigner après un repas copieux…).
  • Surveiller les enfants âgés entre 2 et 4 ans en continu : un enfant doit toujours être surveillé de manière permanente et rapproché par un seul adulte responsable, le mieux étant de se baigner avec l’enfant.

Vous retrouverez tous ces conseils sur le site, ainsi que différents documents de communication, dont des affiches à télécharger : https://preventionete.sports.gouv.fr/

L’opération « j’apprends à nager » complète les actions de prévention soutenues par l’État et notamment le plan « aisance aquatique ». Il s’agit d’un programme d’apprentissage de la natation destiné aux enfants de 4 à 12 ans. Il est proposé gratuitement avec pour ambition que tous les enfants entrant en 6e sachent nager : https://www.sports.gouv.fr/accueil-du-site/zoom-sur/article/j-apprends-a-nager

La DRAJES Nouvelle-Aquitaine a organisé, pour le compte du ministère délégué aux Sports, le 3 juin dernier à Lacanau (33), la 2e Journée nationale de prévention des noyades (JNPN). Cet évènement à destination des professionnels, des responsables politiques et des acteurs du tourisme au sens large, a permis de faire le point sur l'accidentalité, la sécurité et les actions entreprises pour améliorer cette dernière. Des ateliers ont mis les participants en situation.

Cette journée souligne à quel point la prévention des noyades est une politique publique au centre des préoccupations du ministère délégué aux sports.


Le contrôle des baignades : un contrôle interservices

En Haute-Vienne, le travail de la "commission baignades", initiée il y a plus de 10 ans par les services jeunesse et sport du département et la préfecture, vise à sécuriser les sites de baignades, dans une démarche interministérielle d'amélioration continue de la qualité, tous aspects confondus, en accompagnant au plus près les exploitants.

Le contrôle d’une baignade surveillée fait appel aux compétences de plusieurs services de l’État et du département : le SDJES, l’ARSAgence Régionale de Santé et le SDISService départemental d'incendie et de secours. Les points de contrôles sont nombreux ; ci-dessous sont présentés quelques-uns de ces points pour chacun des services.

Chaque année, les services organisent la campagne de contrôle au sein de la « commission baignade », émanation du conseil départemental de la jeunesse, des sports et de la vie associative : vérification des déclarations d’ouverture faites auprès de l’ARSAgence Régionale de Santé, étude des résultats des premières analyses effectuées obligatoirement en amont de l’ouverture, envoi des recommandations actualisées aux responsables des baignades et programmation des contrôles.

Les points contrôlés par le SDJES de la Haute-Vienne

Le contrôle du SDJES comprend plusieurs aspects :

  • la mise en œuvre de la surveillance : la qualification des surveillants, l’organisation de la zone de bain par le surveillant, l’emplacement du poste de secours par rapport à la zone de bain, les documents nécessaires (main courante, fiche d’accueil des groupes) ;
  • l’information du public : les diplômes des surveillants, l’arrêté municipal d’autorisation, les horaires de surveillance… ;

Les points contrôlés par la SDISService départemental d'incendie et de secours de la Haute-Vienne

Le SDISService départemental d'incendie et de secours contrôle principalement la sécurité :

  • la mise en œuvre de la sécurité : la qualification des surveillants, l’organisation de la zone de bain par le surveillant, l’emplacement du poste de secours par rapport à la zone de bain et son équipement, les documents nécessaires (main courante, fiche d’accueil des groupes),
  • l’information du public sur la sécurité : les diplômes des surveillants, l’arrêté municipal d’autorisation, les horaires de surveillance...

Les points contrôlés par l’antenne de l’ARSAgence Régionale de Santé de la Nouvelle-Aquitaine

L’ARSAgence Régionale de Santé contrôle principalement l’hygiène :

  • la mise en œuvre de l’hygiène : l’hygiène des sanitaires et des douches,
  • l’information du public sur la sécurité : le classement de l’eau de baignade, les résultats de l’analyse du dernier prélèvement.

La Gendarmerie accompagne les trois services pour informer le surveillant de baignade de la conduite à suivre en cas de troubles à l’ordre public.

Par ailleurs, des patrouilles pédestres assurent la sécurité du lac de Saint Pardoux pendant toute la période estivale.