Communiqués de presse

Réunion du comité loup - Mardi 10 janvier 2023

 
 

Madame Fabienne BALUSSOU, préfète de la Haute-Vienne, a présidé hier 10 janvier 2023 un comité loup associant l’ensemble des partenaires concernés par le sujet.

Cette instance comprend les services de l’État et l’office français de la biodiversité, les organisations agricoles (chambre d’agriculture, syndicats agricoles, fédérationdes éleveurs ovins, association préservons nos troupeaux du loup en Limousin), les associations agréées pour la protection de la nature (Limousin Nature Environnement et le groupe mammalogique et herpétologique du Limousin), les instances forestières (centre régional de la propriété forestière, office national des forêts) et cynégétiques (fédération départementale des chasseurs et association des lieutenants de louveterie) et les collectivités (conseil départemental, parcs naturels régionaux de Millevaches en Limousin et Périgord Limousin).

Une « cellule de veille loup » a été mise en place en Haute-Vienne dès septembre 2018 et se tenait une fois par an pour présenter un état des lieux de la présence du loup sur le territoire national ainsi que les actions engagées à l’échelle nationale, régionale et départementale.

Suite aux signalements reconnus de la présence du loup en Haute-Vienne au cours de l’hiver 2021-2022, l’instance partenariale est renommée « comité loup », conformément aux dispositions du plan national d’actions sur le loup et les activités d’élevage.

Si aucune nouvelle prédation imputable au loup dans notre département n’est à déplorer depuis février 2022, il est toutefois important de continuer à déployer toutes les actions visant à assurer un suivi et préserver les élevages.

Le loup est une espèce strictement protégée au titre de la convention de Berne et de la directive européenne Habitat qui est très mobile et sa présence est attestée sur la zone du Plateau de Millevaches, principalement en Corrèze.

La réunion de ce comité a permis des échanges riches autour des points suivants :

  • Le bilan du réseau loup en Nouvelle-Aquitaine (du 1er janvier au 3 décembre 2022): les 3 départements de l’ex-Limousin (Corrèze, Creuse, Haute-Vienne) concentrent 80% des indices liés au loup dans la région, la Haute-Vienne a connu une prédation imputée au loup en 2022 à Jabreilles les Bordes (février).
  • Le point sur les actions mises en œuvre en Haute-Vienne dans le cadre du plan national loup 2018-2023: les indemnisations des 6 éleveurs ayant subi des prédations pendant l’hiver 2021-2022, le financement des dispositifs de protection en 2022 pour tous les éleveurs éligibles (chiens, clôtures électrifiées, …) et un focus sur la démarche de reconnaissance de non protégeabilité partielle des troupeaux (qui permet, à partir d’une mise en protection significative, de justifier de l’impossibilité technique et financière de protéger le reste de l’élevage).
  • Les actualités nationales sur la présence du loup (50 départements concernés), le travail sur l’activité des chiens de protection, les financements prévus en 2023 pour la protection des élevages et la préparation du prochain plan national sur 2024-2029.

Au cours de cette réunion, les représentants agricoles ont notamment exprimé leurs inquiétudes et rappelé que l’étude de vulnérabilité des élevages des territoires de la Corrèze, de la Creuse et de la Haute-Vienne, réalisée par l’Institut de l’Élevage en 2020, avait mis en évidence des difficultés à protéger efficacement les troupeaux extensifs d’ovins et de bovins de ce territoire. Ils ont demandé des précisions, d’une part sur les modalités d’expertise des dommages sur animaux domestiques, et d’autre part sur les conséquences des prédations imputées au loup en termes de productivité des élevages. Ils ont indiqué leur accord pour poursuivre la démarche de reconnaissance de non protégeabilité partielle des troupeaux, tout en soulignant la lourdeur du dispositif et en s’inquiétant du coût des mesures du plan d’action sur le loup et les activités d’élevage.

À l’issue des échanges, il a été convenu :

  • de continuer à animer le réseau d’observation départemental et à améliorer les connaissances avec l’ensemble des partenaires, en particulier concernant les constats de terrain et les conséquences pour les élevages suite à une prédation ;
  • de poursuivre la mise en protection des élevages et d’adapter le zonage en cercle 2 et cercle 3 du département afin de faciliter l’accès aux dispositifs lorsque l’appel à projets national sera lancé début 2023 ;
  • d’approfondir la méthode de reconnaissance de non protégeabilité partielle des troupeaux, qui s’apprécie par exploitation en fonction du contexte et nécessite une validation du préfet coordonnateur du plan loup ;
  • de transmettre au préfet coordonnateur des propositions dans le cadre de la préparation du futur plan national d’action 2024-2029.