Actualités

Lutte contre l’homophobie  : 2 passages piétons aux couleurs de l’arc-en-ciel à Limoges

 
 
Lutte contre l’homophobie  : 2 passages piétons aux couleurs de l’arc-en-ciel à Limoges

Ce samedi 3 juillet, deux passages piétons aux couleurs de l’arc-en-ciel, symbole de paix et de respect envers les personnes LGBTQI+ ont été inaugurés à Limoges.

Ce projet a été entrepris par le collectif Lim’Bow, soutenu par la Délégation interministérielle à la lutte contre le Racisme, l’Antisémitisme et la Haine Anti-LGBT (DILRAH), la ville de Limoges et Limoges Métropole.

C’est un symbole, à la fois du chemin qu’il reste à parcourir et de la mobilisation de tous ces acteurs et des associations engagées sur le terrain pour faire reculer la haine et les discriminations en raison de l’orientation sexuelle et de l’identité de genre.

Avec ces passages piétons, rendre visible la différence, c’est lutter contre l’homophobie et la transphobie ordinaires mais c’est aussi protéger. Cette inauguration collective symbolise ainsi la mobilisation commune de tous ces acteurs dans la lutte contre les discriminations.

A cette occasion, le préfet de la Haute-Vienne Seymour MORSY a remercié les associations qui s’engagent au quotidien pour faire accepter la différence. En Haute-Vienne, par exemple 6000 élèves ont été sensibilisés en 4 ans par SOS Homophobie avec le soutien de la DILCRAH. D’autres associations ont également mené des échanges avec les jeunes pour lutter contre les préjugés.

DSC_0675
P1270322IDE
P1270354IDE
P1270337IDE
   

Le plan national d’action pour l’égalité des droits, contre la haine et les discriminations anti-LGBT

Le gouvernement a présenté en octobre 2020 un plan national d’action pour l’égalité des droits, contre la haine et les discriminations anti-LGBT.

La DILCRAH (Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la haine anti-LGBT) encourage les initiatives de la société civile engagée contre les haines et les discriminations et soutient financièrement des projets associatifs locaux dans le cadre d’appels à projets annuels, qui répondent aux objectifs et enjeux définis dans le plan national de lutte contre le racisme et l’antisémitisme (2018-2020) et du plan national d’actions pour l’égalité des droits, contre la haine et les discriminations anti-LGBT- 2020-2023.

En Haute-Vienne, la mise en œuvre et le suivi du plan départemental de lutte contre toutes les formes de racisme, d’antisémitisme et de discrimination sont assuré au sein d’un comité partenarial, le CORAH.

Ce comité est un lieu d’échange et de partage d’informations. Une mise en cohérence est recherchée avec les dispositifs partenariaux existants, notamment les contrats de ville, les contrats locaux de sécurité et de prévention de la délinquance, ainsi que les actions conduites par l’Éducation nationale en matière d’accès à la santé et à la citoyenneté et les dispositifs d’accès au droit pilotés par l’autorité judiciaire.

P1270333IDE
P1270326IDE

Le collectif Lim’Bow est un acteur local identifié et actif. Il se compose des associations suivantes : Entr’AIDSida, as Sages à Gays, Fondation Le refuge, Les Affolés de la Frange, planning Familial 87, Associations partenaires : SOS homophobie, Amnesty International, La Maison de L’Europe, Aqueerel 87

Cette association collégiale s’appuie sur les compétences de chacun de ses membres dans le but de défendre et de faire progresser les droits de la communauté LGBTI+ sur le territoire de l’ex-Limousin. Il vise la mise en œuvre de projets inter-associatifs en favorisant à la fois la visibilité des associations LGBTI+ et l’émergence d’une stratégie collective. Lim’Bow défend les valeurs du vivre ensemble, le respect des personnes dans leurs différences tant dans la diversité des sexualités, des genres, des identités de genres et des sexes.

Les actions soutenues par la DILCRAH en Haute-Vienne

  • Des interventions auprès des jeunes dans les établissements scolaires pour sensibiliser et libérer la parole, et mener des actions de prévention (SOS Homophobie : 6000 élèves sensibilisés depuis 4 ans.
  • Des ateliers-débat : de la connaissance de l’autre à la lutte contre les préjugés et les stéréotypes, par des actions à destination des jeunes, hors temps scolaire, en partenariat avec les centres sociaux, les missions locales, le milieu associatif local.
  • l’accueil et l’accompagnement des victimes de discriminations anti-LGBT (France victimes 87, CIDFF, planning familial…)
  • l’organisation d’événements contre la haine et les discriminations anti-LGBT (autour du 17 mai - Journée mondiale de lute contre l'homophobie et la transphobie)

Le ministère de l’Intérieur protège toutes les personnes LGBT+

Si les forces de l’ordre sont en première ligne pour accueillir les victimes de discriminations et d’actes LGBTphobes, elles le sont également pour les protéger.

Alors que les chiffres des agressions anti-LGBT+ sont en baisse de 15 % en 2020 (soit 1 590 victimes de crimes ou délits anti-LGBT+) dans le contexte du confinement, après une hausse de 36 % en 2019, seulement 20 % des victimes de menaces ou de violences et 5 % des victimes d’injures portent plainte.

Le ministère de l’Intérieur et ses personnels œuvrent donc au quotidien pour la protection des victimes :

  • Des référents accueil dans tous les commissariats et toutes les brigades de gendarmerie partout sur le territoire pour améliorer l’accueil des victimes ;
  • Une formation constante des policiers et des gendarmes : en 2020, 14 890 policiers et gendarmes ont été formés à ces questions ;
  • La mise en œuvre des maisons de confiance et de protection des familles (MNPF) accompagne la sensibilisation sur les discriminations, et dont la formation comprend des modules dédiés aux LGBTphobies réalisés par les partenaires du ministère de l’Intérieur (FLAG !, SOS Homophobie, L’Autre Cercle) et institutionnels ;
  • Depuis 2018, la plateforme d’harmonisation, d’analyse, de recoupement et d’orientation des signalements (PHAROS) peut distinguer les signalements reçus dans le domaine de la haine et des discriminations en raison de l’orientation sexuelle. En 2020, cette plateforme s’est dotée de 20 agents supplémentaires et fonctionne 24h sur 24 ;
  • Enfin, la plateforme de signalement des violences sexuelles et sexistes est un portail de signalement gratuit, anonyme et disponible 24h sur 24. Cette plateforme est disponible pour le signalement des violences conjugales, sexistes et sexuelles pour les personnes LGBT+.