Actualités

Préparer l'agriculture de demain avec France Relance

 
 

Dans le cadre de la campagne de communication régionale sur le volet agricole du plan France Relance, le préfet de la Haute-Vienne, Seymour MORSY s'est déplacé sur le terrain le 27 avril pour constater sa mise en œuvre sur le département.

Il s'est rendu au sein de l’EURL Volailles La Meuzacoise à Meuzac, sur une exploitation agricole avec 15 ha de vergers à Coussac-Bonneval puis à la coopérative LIMDOR à Saint-Yrieix-la-Perche. Lors de ces visites, les professionnels ont présenté les projets soutenus ou envisagés dans le cadre du plan France relance.

Doté de 1,2 milliard d’euros, le volet « Transition agricole, alimentation et forêt » du plan de relance s’inscrit pleinement dans les priorités du plan de relance du Gouvernement : la transition écologique, la compétitivité et la cohésion territoriale. Il est l’opportunité de construire l’agriculture de demain, plus résiliente aux aléas climatiques, d’accompagner les agriculteurs dans la transition écologique et de renforcer la souveraineté alimentaire de la France en favorisant l’accès à tous les Français à une alimentation plus saine, plus locale et plus durable.

En Haute-Vienne, 4 279 exploitants agricoles peuvent bénéficier du plan France Relance.

La Meuzacoise : lauréate de l'appel à projet "modernisation des abattoirs"

Installée depuis 2001, l’entreprise gérée par Alain RENAUDIE est spécialisée dans l’élevage, l’abattage et la vente de volailles fermières de qualité. Elle s’approvisionne et commercialise ses produits essentiellement dans le Limousin. Elle réalise aussi une activité annexe d’abattage à façon au bénéfice des éleveurs de la région.

Pour la ferme avicole, elle dispose de 11 bâtiments d’élevage (dont 8 bâtiments d’élevage mobiles répartis sur 28 ha en partie en Haute-Vienne et en Corrèze).

Le projet d’investissement présenté au titre du dispositif « modernisation des abattoirs » de France Relance comporte l’agrandissement du bâtiment d’abattage, associé à l’installation d’une nouvelle chaîne d’abattage automatisée (qui permettra à terme de doubler sa capacité de production), avec des volets relatifs à la protection animale et l’amélioration des conditions de travail. Ce projet permettra le maintien de 16 emplois et la création de 3 emplois directs en 3 ans.

Protection de vergers de pommiers pour lutter contre les aléas climatiques

Loic KAMMERER s’est installé hors cadre familial il y a 8 ans. Il exploite 15 ha de vergers de pommes Golden et Pinova et 30 ha de grandes cultures (céréales). Ses vergers sont équipés en partie contre la grêle et le gel et d’installations pour l’irrigation.

Dans le cadre du dispositif « Aléas climatique », M. Kammerer a déposé un dossier en janvier 2021 pour la mise en place d’un système de goutte à goutte sur 5,5 hectares de pommiers.

Disposer d’un verger sous haute sécurité (irrigation, protection antigel) est indispensable pour faire face aux aléas climatiques qui deviennent récurrents. Le producteur dispose d’une protection par aspersion. Le système est constitué des éléments suivants : une sonde qui déclenche l’aspersion ( seuil réglé par le producteur), une électrovanne qui alimente le réseau antigel et les asperseurs qui projettent l’eau sur les arbres. Un maintien de l’arrosage en continu permet de maintenir dans l’atmosphère une température négative « constante » aux alentours de -1° à -1,5°C. Les producteurs qui ne sont pas dotés de ce système voient en revanche la température diminuer fortement dans le verger provoquant alors d’importants dégâts.

La coopérative LIMDOR : des projets en faveur d'une alimentation saine, durable et locale

LIMDOR est une coopérative fruitière de 55 producteurs et 525 ha de vergers de pommiers, adhérente au Syndicat de défense de la pomme du Limousin (SDPL), seule pomme en France à disposer d’une Appellation d’origine protégée (AOP).

La visite a été focalisée sur les projets d’investissement envisagés dans les 2 prochaines années.

Très engagée en matière environnementale, la coopérative LIMDOR travaille en effet sur un projet de thermothérapie (traitement des pommes à l’eau chaude) visant la conservation des pommes en agriculture biologique. Cet investissement est envisagé en 2022, en effet la coopérative est en discussion avec des industriels pour fabriquer l’équipement adapté, qui serait potentiellement éligible au Fonds Avenir Bio de France Relance.

La coopérative a également facilité l’installation de plus de 2000 ruches dans les vergers de pommes et produit ainsi 30 tonnes de miel par an. Un projet est à l’étude pour produire de la gelée royale, ce produit à forte valeur ajoutée étant pour l’instant majoritairement importé.


Au-delà du bilan d’étape du déploiement en Haute-Vienne des dispositifs en faveur des exploitations agricoles et des filières, ces visites ont également été l’occasion de faire connaître les nombreux appels à projets encore ouverts et dont les professionnels du secteur peuvent se saisir : aléas climatiques, biosécurité et bien-être animal, plantation de haies, structuration des filières, projets alimentaires territoriaux, quartiers fertiles et jardins partagés, alimentation locale et solidaire, soutien aux cantines scolaires des petites communes.

Pour en savoir plus sur les appels à projets du volet agricole du plan de relance .