Forêt et biodiversité

 
 

Les écosystèmes forestiers contribuent à l'équilibre planétaire et au bien- être de la société notamment par le stockage du CO² et la protection de la ressource et de la qualité de l’eau. La forêt héberge une part importante de la biodiversité : 60 % des mammifères et 42 % des oiseaux. Quant aux insectes, ils représentent 75 % des espèces animales connues et ils ont une fonction très importante dans l’architecture de la forêt et de son écosystème dont l’arbre constitue un élément essentiel. Les forêts contribuent à l'équilibre d'un territoire et à son identité paysagère . Cet équilibre est néanmoins fragile et peut être perturbé de manière brutale par un accident climatique (tempête, sécheresse) ou plus progressivement par différents champignons ou insectes ravageurs. Des actions de surveillance sanitaire sont réalisées au travers du réseau d'observateurs "santé-forêt".  L’équilibre peut également être remis en cause par des activités humaines réglementées par le code forestier (défrichement, coupes à blanc sans reboisement). 

La gestion de la faune sauvage fait partie intégrante de la gestion forestière. L'objectif à atteindre est une faune sauvage riche et variée, compte tenu de la capacité d'accueil du biotope, en équilibre avec les peuplements forestiers dont la pérennité et le renouvellement doivent être assurés. C'est l'équilibre sylvo-cynégétique. Il passe notamment par la régulation du gibier par la chasse et la fixation des droits de prélèvements par territoires de chasse en fonction de leurs caractéristiques.