Arrêtons les violences - De la mobilisation à l’action

 
 
Arrêtons les violences - De la mobilisation à l’action

L’État et les acteurs impliqués se sont mobilisés en Haute-Vienne pour dénoncer, proposer et mettre en œuvre des actions concrètes pour combattre le fléau des violences faites aux femmes. De nombreuses initiatives, conférences, engagement, exposition, débat et job dating ont eu lieu autour de la journée du 25 novembre. Retour sur cette mobilisation exceptionnelle et sur les actions concrètes déjà engagées dans le cadre du Grenelle des violences conjugales...

Une semaine de mobilisation

Vendredi 22 novembre - Conférence

Le Docteur Muriel SALMONA, psychiatre, médecin coordinateur, présidente de l’association « Mémoire traumatique et victimologie » est intervenue sur l'invitation du préfet de la Haute-Vienne pour présenter ses travaux sur les troubles psycho traumatiques des personnes victimes de violences sexuelles et conjugales. Environ 150 personnes, professionnels de la santé, du social, de la justice et de la sécurité ont participé à cette conférence.
La finalité de cette intervention a permis de donner des préconisations, notamment sur la nécessité d’un dépistage précoce pour mener une prise en charge efficace et pour éviter chez les sujets non seulement d’importantes souffrances et de graves conséquences sur leur santé mais aussi des conduites à risques (mises en danger, conduites addictives et conduites violentes).

Lundi 25 novembre - Signature du premier contrat local sur les violences sexistes, sexuelles et conjugales en Haute-Vienne

L’objectif du contrat est de rechercher une plus grande efficacité dans les réponses apportées afin de lutter contre les violences sexistes et sexuelles, dont celles commises au sein du couple, dans les domaines de la prévention, de la prise en charge, de la répression et de la réparation.
Les signataires : le préfet de la Haute-Vienne, le procureur de la République de Limoges, le président du département de la Haute-Vienne, le maire de Saint-Junien, la Direction des services de l’Éducation Nationale de la Haute-Vienne, le Centre hospitalier de Saint-Junien, le groupement de gendarmerie de la Haute-Vienne, le Centre d’information sur le droit des femmes et des familles (CIDFF), France Victimes 87, l'Association de réinsertion sociale du Limousin (dont la référente départementale des violentes faites aux femmes).
Ces partenaires s’engagent à mettre en place au sein du CLSPD une organisation en réseau favorisant le repérage en amont des victimes de violences sexistes et sexuelles, dont conjugales, pour optimiser l'accompagnement de ce public et de leur entourage.

Lire l'article

Lundi 25 novembre -exposition

Inauguration au lycée Paul Eluard de Saint-Junien de l’exposition « En chemin elles rencontres... » réalisée par le collectif d’ artistes « Des ronds dans l’O » en présence de Madame Orlay, DSDEN et de Madame Raix, déléguée à l’égalité femmes-hommes.
Cette exposition traite sous forme de bande-dessinée des diverses formes de violences (inégalité femmes-hommes, harcèlement, mariage forcé, droit à l’avortement, violences dans le couple). Elle permet de sensibiliser les jeunes et de libérer la parole.

 

Lundi 25 novembre -soirée débat

Le préfet de la Haute-Vienne, Seymour MORSY, a ouvert la soirée thématique sur les inégalités de genre et les pratiques sportives, organisée en collaboration avec le Planning Familial 87 et le CDOS 87. La pièce "Une épreuve sans médaille" jouée par Le Chant de la Carpe, a été suivie d’une présentation de l'étude sur l'accès au sport des femmes en Nouvelle-Aquitaine et d’une table-ronde autour des pratiques sportives féminines.

Lire l'article

Mardi 26 novembre -conférence

Conférence du Docteur Mélanie VOYER Psychiatre et médecin légiste CH Laborit de Poitiers, sur invitation de la commune de St Junien et de la sous-préfecture est intervenue sur l'impact psychique des violences conjugales chez les femmes et les enfants.

Mercredi 27 novembre - Séminaire départemental

Georges SALAÜN, directeur de cabinet du préfet, a présidé le séminaire départemental de lutte contre les violences conjugales le mercredi 27 novembre. Celui-ci était consacré au lancement de l’étude sur les enfants témoins et / ou co-victimes des violences conjugales en Haute-Vienne réalisée par le cabinet CRESS.
Le nombre important d’enfants victimes de violences conjugales, ainsi que les conséquences négatives que ces formes de violence ont sur le développement de l’enfant génèrent de profonds traumatismes.
En Haute-Vienne, la démarche s’inscrit en complémentarité des réflexions menées dans le cadre du « Grenelle contre les violences conjugales ». Elle s’appuie sur la mobilisation des réseaux et acteurs locaux impliqués.
L’enquête permettra d’établir un diagnostic départemental autour de 3 axes :
    • le repérage des enfants victimes de violences conjugales ;
    • la prise en charges des enfants victimes de violences conjugales ;
    • une déclinaison d’orientation à mettre en œuvre.
La présentation s’est poursuivie par des échanges entre partenaire visant à identifier les différentes actions et initiatives mises en places ainsi que les difficultés et les manques constatées dans les réponses apportées.
La finalité de cette action est d’apporter une meilleure réponse et le plus en amont possible et d’organiser une meilleure coordination entre les acteurs dans le traitement d’une situation.

Mercredi 27 novembre - Animation d’ateliers Préjugix

La préfecture de la Haute-Vienne s'est associée au médicament anti-préjugés « Préjugix 400 mg ». Cette opération d'envergure s’est déroulée dans toute la Nouvelle-Aquitaine avec comme outil pédagogique « la boîte de Préjugix 400 mg ».
Des ateliers/débat,les tea/times préjugix, ont ainsi été proposés à la préfecture. Les participants, tous acteurs de la vie sociale, ont démarré leurs échanges autour la notion de "préjugé" : De quoi parle t-on ? Comment et pourquoi identifier ses propres préjugés ? La discussion amène à comprendre leurs mécanismes de construction et de diffusion.

Lire l'article

Jeudi 28 novembre - Job dating – spécial femmes

L’accès à l’activité des femmes constitue un levier majeur pour l’intégration mais aussi pour l’accès à l’émancipation, à l’autonomie, au logement, au soin et pour réduire la précarité. Afin de répondre à ce constat, les partenaires de l’emploi ont organisé un job dating non mixte spécial « Femmes des quartiers prioritaires ».
L’évènement, initié par la DIRECCTEdirection régionale des entreprises de la concurrence de la consommation du travail et de l'emploi, en lien avec ATOS, Pôle Emploi, Limoges métropole, la ville de Limoges, l’OFII, les centres sociaux des quartiers, la mission locale de l’agglomération de LIMOGES, la CPME 87, Cap Emploi, le CIDFF s’inscrivait dans le cadre de l’action « Les rendez-vous BCV », née en septembre 2017 et lancée par l’État.
Ce rendez-vous est l’occasion, pour les femmes en demande d’emploi, de venir rencontrer des entreprises du territoire qui recrutent ou proposent des stages mais aussi des organismes de formation dans différents secteurs, ainsi que des acteurs de l’insertion, tels que la plateforme mobilité, les partenaires de l’Emploi, etc.


Mesures engagées par le préfet de la Haute-Vienne dans le cadre du "Grenelle des violences conjugales"

Le Grenelle a été lancé localement, le 6 septembre 2019, sous l'égide du préfet et du procureur de la République de Limoges, par une réunion du comité de pilotage, qui a rassemblé également des acteurs experts sur ce sujet. Des propositions d'actions s'étalant sur toute la séquence ont été proposées, avec, en point d'orgue, la signature prévue le 25 novembre prochain d'un contrat local de lutte contre les violences sexistes et sexuelles et conjugales.

Un plan départemental en 4 axes prioritaires

Des groupes de travail ont été organisés pour faire des propositions et engager des mesures à travers un plan départemental. L'objectif de ce plan est de promouvoir la réalisation d'actions efficaces en favorisant la coordination des différents partenaires qui agissent au quotidien, chacun dans son domaine de compétences : la sécurité, la justice, l'éducation et le social.
Décliné en fiches action, il s'articule autour de 4 axes prioritaires :
1- l'éducation et la culture de l'égalité,
2- l'accueil, la protection, l'accompagnement et la réinsertion professionnelle,
3- la prise en charge des enfants, victimes collatérales des violences conjugales,
4- les actions concernant les personnes auteurs de violences conjugales.

Ce plan sera ensuite décliné en contrats locaux de lutte contre les violences sexistes et sexuelles en s'appuyant sur la stratégie territoriale des Conseils locaux de sécurité et de prévention de la délinquance (CLSPD) de la Haute-Vienne. Dans chaque contrat, une cellule de veille sera mise en place pour assurer une meilleure prise en charge locale.

Mesures engagées et en cours en Haute-Vienne

    • Élaboration de « fiches réflexes » à l'usage des professionnels (forces de l’ordre, médecins de ville et hospitaliers, associations, justice, préfecture, mairie, centres sociaux, etc.)
    • Élaboration du « schéma de coordination des opérateurs et des ressources locales »
    • Désignation de référents égalité dans les services déconcentrés de l’État
    • Déploiement de formation inter-professionnelle relative à la détection et le repérage
    • Organisation du parcours de prise en charge des troubles de stress post-traumatique
    • Mise en place d'un intervenant social auprès des brigades de gendarmerie
    • Constitution de la cellule dédiée à la prise en charge opérationnelle des victimes et à l’amélioration des signaux faibles.
    • Séminaire départemental "étude sur les enfants victimes des violences conjugales"
    • Conférences sur l'impact psychique des violences.

Sites web :

arretonslesviolences.gouv.fr

stop-violences-femmes.gouv.fr

Retrouvez toute l'actualité des services de l'État en Haute-Vienne sur nos pages Facebook et Twitter !