Communiqués de presse

Exercice de défense et de protection civile lié à la sécurisation des établissements scolaires

 
 
Exercice de défense et de protection civile lié à la sécurisation des établissements scolaires

Un exercice de défense et de protection civile portant sur la menace « attentatintrusion » dans un établissement scolaire a été organisé par la préfecture de la Haute-Vienne avec la Direction des services départementaux de l’Éducation nationale ce vendredi 30 novembreau collège Donzelot à Limoges.

Les objectifs de l’exercice

Les objectifs de l’exercice étaient de :

  • tester les chaînes d’alerte du dispositif,
  • tester la mise en œuvre des plans particuliers de mise en sûreté (PPMS) et y apporter des adaptations si besoin,
  • tester la chaîne d’alerte et d’intervention des secours,
  • tester l’utilisation de l’outil partagé de dénombrement et d’identification des victimes SINUS
  • tester la réaction de la police nationale face à une attaque terroriste,
  • évaluer la capacité à gérer collectivement.

Les acteurs concernés

L’exercice a associé :

  • les services de la préfecture (Service interministériel de défense et de protection civile (SIDPC), Service interministériel départemental des systèmes d’information et de communication (SIDSIC) et le Bureau de la communication interministérielle (BCI),

Le Centre opérationnel départemental était dirigé par Monsieur Georges SALAÜN, directeur de cabinet du préfet de la Haute-Vienne, qui a supervisé les opérations.

La direction des services départementaux de l’Éducation nationale a mis en place une cellule de crise sous l’autorité de Madame Jacqueline ORLAYdont la mission était d’assurer le lien avec les parents et les établissements scolaires du département.

Scénario de l’exercice

Le scénario joué pendant environ2heures a simulé une intrusion d’un homme armé au collège Donzelot. L’individu a fait de nombreuses victimes parmi les élèves et les adultes.

Le plan départemental ORSEC NOVI (Organisation de la réponse de sécurité civile – nombreuses victimes) a été activé par le préfet de la Haute-Vienne.

Les services ont participé aux actions de mise en sécurité des élèves, par l’activation des Plans particuliers de mise en sûreté (PPMS) du collège Donzelot et du groupe scolaire des Bénédictins (école élémentaire et école maternelle).

Le Plan particulier de mise en sûreté (PPMS) est un plan de sauvegarde instauré dans les établissements scolaires qui prépare les personnels, les enseignants et les élèves à assurer leur protection en appliquant les consignes de sécurité préalablement définies.

Alertés par la sirène alerte-attentat intrusion, les élèves et les personnels ont suivi les mesures de mise à l’abri puis d’évacuation au sein de l’établissement – 39 classes ont été concernées.

L’intervention des forces de police a été simulée. Les secours se sont rendus sur place. L’individu a très vite été interpellé et abattu. Un périmètre de sécurité a été installé fictivement autour de l’ensemble des établissements.

Les services de secours ont testé fictivement la mise en œuvre d’un point de regroupement des victimes pour optimiser la prise en charge, ainsi que la mise en place des différentes cellules de prises en charge des victimes et des impliqués puis l’évacuation des victimes les plus graves en cas d’attentat vers les urgences pédiatriques du CHU et de l’hôpital Mère-enfant.

Bilan de l’exercice

Cet exercice entre dans le cadre des mesures de sécurité mises en place qui prévoient l’organisation dans chaque établissement et école l’organisation de 3 exercices durant l’année scolaire dont un portant sur la menace « attentat - intrusion ».

Ces exercices permettent de travailler et d’améliorer la coordination des acteurs dans la gestion de crise. Ils incitent les chefs d’établissements à préparer les personnels et les élèves à une meilleure appréhension des risques. Ils contribuent à développer la culture du risque dans les établissements et à acquérir ainsi les bons réflexes en cas de crise.